Pour les patients, l’annonce d’un cancer est un choc. Afin de les accompagner dans leur parcours, un dispositif d’information, d'écoute et de soutien existe depuis 2005. Avoir un cancer est un bouleversement tant sur le plan psychologique que social, professionnel ou encore familial. C’est pourquoi, un dispositif a été mis en place en 2005, par le premier Plan cancer : la consultation d’annonce. Objectif : apporter au patient de l’information, de l’écoute et un soutien, tout au long de son parcours de soin.

 

La consultation d'annonce : quand a-t-elle lieu ? 

A la suite de symptômes et de résultats d’examens, le diagnostic est tombé : c’est un cancer. En général le patient est informé par son médecin traitant qui l’oriente alors vers un centre de lutte contre le cancer ou une unité oncologique en milieu hospitalier. C’est là que la consultation d’annonce a lieu avec un cancérologue référent. 

Comment se déroule-t-elle ? 

Le cancérologue reçoit le patient au cours d’un rendez-vous d’environ vingt minutes. A cette occasion, il l’informe des caractéristiques de son cancer et lui annonce le projet thérapeutique pour traiter la maladie et répondre à ses questions. Le cancérologue référent ne décide pas tout seul du traitement, chaque cas fait l'objet d’une discussion collégiale impliquant au minimum un chirurgien, un radiothérapeute et un oncologue. C’est la réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). A l’issue de cette consultation d’annonce, le cancérologue référent remet au patient un programme personnalisé de soins (PPS). 

Quel est le rôle de l’infirmière de consultation ?

Parce que les vingt minutes de consultation d’annonce ne sont pas toujours suffisantes pour répondre à toutes les questions que soulève le parcours de soin, le patient peut bénéficier d’un temps d’accompagnement soignant, avec une infirmière (ou infirmier) de consultation. Ce rendez-vous peut se faire immédiatement après la consultation d’annonce ou un peu plus tard, à la convenance du patient. Il est d’une durée de 45 minutes à une heure. Durant ce tête à tête, l’infirmière a le temps de réexpliquer le projet thérapeutique, d’informer sur les soins de supports, les aides sociales et de manière générale répondre à toutes ses questions laissées en suspens. 

Ce dispositif d’accompagnement est-il limité dans le temps ?

Le patient peut en bénéficier tout au long de son parcours de soins. Oncologue, infirmier de consultation et même le médecin traitant, maintiennent un lien permanent avec lui. Concernant le médecin traitant, il a constamment accès au dossier et reste un interlocuteur privilégié. C’est aussi lui qui s’occupe de la déclaration ALD (Affection Longue Durée), auprès de l’assurance maladie. 
A noter qu’en cas de rechutes ou de récidives, ce dispositif se réactive automatiquement.

Est-il possible d’obtenir des aides ?

La survenue d’un cancer vient souvent bouleverser l’équilibre familial, financier ainsi que les liens sociaux et professionnels. De multiples dispositifs existent pour, par exemple, pallier une baisse de ressources ou bien obtenir une aide ménagère, une garde d’enfants etc. 
Se renseigner auprès de :

  • La Caisse d’allocations familiales (CAF),
  • La mutuelle
  • L’employeur qui dispose peut-être d’un système d’accompagnement auquel le patient peut prétendre tout en préservant le secret médical. 
  • Pour les professions non salariées, se renseigner auprès de la Sécurité sociale. 
  • Les étudiants ont la possibilité d’obtenir des aménagements de cours, il faudra faire la demande auprès de l’établissement.
  • Certaines caisses retraites peuvent aussi apporter une aide financière. 

Ne pas oublier de :

  • Vérifier également les contrats d’assurance ou de complémentaire santé individuelle qui peuvent s’ajouter à l’Assurance maladie. 
  • Prendre contact avec son banquier, notamment si des crédits sont en cours au moment du diagnostic du cancer afin de vérifier les termes de l’assurance invalidité et d’incapacité de travail. Le remboursement des mensualités du crédit peut éventuellement être pris en charge jusqu’à un certain point. 

Quel que soit les besoins, l’assistante sociale de l’établissement de soins est la personne vers laquelle il ne faut pas hésiter à se tourner. Elle a toute l’expertise et l’expérience nécessaire pour accompagner, orienter voire effectuer certaines démarches auprès des différents organismes susceptibles de proposer une aide. Comme ces démarches prennent souvent du temps, il est conseillé de la solliciter dès l’annonce du cancer.