Travail en extérieur : protégez vos yeux

Vous disposez tous d’un capital soleil qui permet à votre peau de se régénérer après un coup de soleil. C’est la même chose pour vos yeux. Problème, en tant qu’agriculteur, vous passez beaucoup de temps à l’extérieur. Or des expositions quotidiennes sans protection épuisent votre capital et vous risquez alors de graves lésions. Il convient donc de protéger votre vue, et pas seulement en été !

Au niveau des yeux, les ultraviolets peuvent provoquer des dommages graves, voire irréversibles. Ainsi, des lésions peuvent apparaître à court terme comme une ophtalmie. En clair, un «coup de soleil» de l’œil. Sans protection, la paupière, la rétine, la cornée et le cristallin peuvent souffrir de ce type de brûlure. Laquelle entraîne de nombreuses conséquences : larmoiements, taches noires ou lumineuses, vision trouble, douleurs plus ou moins intenses et parfois à retardement, troubles de la vision …

Mais les dangers des UV sur la vue peuvent survenir plus tardivement, d’autant plus dans le secteur de l’agriculture  qui impose de travailler à l’extérieure : cataracte, dégénérescences de la rétine… Pas de mystère donc, la santé de vos yeux passe par une protection efficace. En clair : des lunettes solaires de bonne qualité, qui filtrent les rayons UV et atténuent l’éblouissement.

Comment choisir ?

Sachez que, pour être fiables, vos lunettes de soleil doivent répondre à certaines exigences dont le respect se traduit par l’apposition de façon visible, lisible et indélébile du marquage « CE ». Elles doivent aussi être accompagnées d’une notice d’information détaillée en français, donnant les caractéristiques, performances et instructions d’entretien du produit. 

Enfin, les verres sombres ne sont pas forcément les plus protecteurs. Ils sont efficaces contre l'éblouissement mais pas nécessairement contre les UV. Inversement, des verres transparents traités peuvent très bien filtrer les UV solaires à 100 %. En revanche, ils seront peu actifs contre l'éblouissement. N’hésitez pas à demander conseil à un opticien.

Source : ASNAV – DGCCRF