L’agroforesterie : définition, avantages, exemples

L'agroforesterie est la pratique consistant à planter des arbres dans les terres agricoles aux côtés des cultures conventionnelles. En plus d'être très lucrative pour l'agriculteur, l'agroforesterie présente de nombreux autres avantages. Il rétablit l'équilibre écologique des terres agricoles, prévient l'érosion des sols et le ruissellement de l'eau, offre d'autres options de revenus et atténue les conditions météorologiques locales extrêmes. Tour d’horizon de l’agroforesterie et de ses applications avec les experts Mutualia.


L'agroforesterie, c’est quoi ?

 

L’agroforesterie est un système de gestion de l’utilisation des terres dans lequel des arbres ou des arbustes sont cultivés autour ou parmi les cultures ou les pâturages. Cela comprend les arbres dans les exploitations et les paysages agricoles, l’agriculture dans les forêts et le long de leurs lisières, ainsi que la plantation d’arbres greffés.

Alors que les forêts naturelles sont défrichées pour l’agriculture et d’autres types de développement, les avantages que procurent les arbres sont mieux préservés en les intégrant dans des paysages agricoles productifs. Cette pratique n’est pas nouvelle, elle possède une longue histoire qui remonte à des millénaires, à l’époque où l’Homme était un chasseur-cueilleur.

L’agroforesterie, comment ça marche ?

 

Les interactions entre les arbres et d’autres composantes de l’agriculture peuvent être importantes à différentes échelles :

  • Dans les champs : où les arbres et les cultures sont cultivés ensemble ;
  • Dans les fermes : où les arbres peuvent fournir du fourrage pour le bétail, du carburant, de la nourriture, un abri ou des revenus de produits, y compris le bois ;
  • Dans les paysages : où les utilisations des terres agricoles et forestières se combinent pour déterminer la prestation des services écosystémiques.

L’agroforesterie est un système agricole et forestier qui essaie d’équilibrer divers besoins :

  • Produire des arbres pour le bois et à d’autres fins commerciales ;
  • Produire une offre diversifiée et adéquate d’aliments nutritifs à la fois pour répondre à la demande mondiale et pour satisfaire les besoins des producteurs eux-mêmes ;
  • Assurer la protection de l’environnement naturel afin qu’il continue à fournir des ressources et des services environnementaux pour répondre aux besoins des générations présentes et futures.

L’agroforesterie implique une large gamme d’arbres qui sont protégés, régénérés, plantés ou gérés dans des paysages agricoles, car ils interagissent avec les cultures annuelles, le bétail, la faune et l’Homme.

Les avantages de l’agroforesterie au service de stratégies climato-intelligentes


La FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), fondatrice du concept d’agriculture climato-intelligente en 2010, donne une définition simple : il s’agit « d’une agriculture qui augmente la productivité et la résilience (adaptation) des cultures de manière durable, favorise la réduction/élimination des gaz à effet de serre (atténuation), améliore la sécurité alimentaire nationale et contribue à la réalisation des objectifs de développement du pays ».

Ainsi, les systèmes agroforestiers peuvent être avantageux par rapports aux méthodes conventionnelles de production agricole et forestière. Ils peuvent offrir une productivité accrue, des avantages économiques et une plus grande diversité dans les biens et services écologiques fournis. Par ailleurs, l’agroforesterie peut contribuer de manière significative à l’atténuation du changement climatique et participe à l’adaptation agricole.

Lutte contre le réchauffement climatique

À l’échelle locale, les arbres plantés sur des terres agricoles créent un microclimat et contribuent à protéger les cultures du vent, du grand froid, de la sécheresse mais également des aléas naturels tels que les inondations et les tempêtes.

L'agroforesterie a aussi des impacts de grande envergure à l'échelle mondiale. L'augmentation de la couverture verte aide à réduire les gaz à effet de serre grâce à la capacité de séquestration du carbone des arbres, à inverser le réchauffement climatique et à bloquer l'élévation du niveau de la mer. Correctement mise en œuvre, l’agroforesterie permet également de reconstituer les aquifères profonds au fil des siècles et même des millénaires.

Amélioration de la biodiversité : la biodiversité dans les systèmes agroforestiers est généralement plus élevée que dans les systèmes agricoles conventionnels. Deux ou plusieurs espèces de plantes en interaction dans une zone donnée créent un habitat plus complexe qui peut accueillir une plus grande variété de faune.

Croissance des sols et des plantes : Une terre appauvrie peut être protégée de l’érosion du sol par les plantes couvre-sol telles que les graminées à croissance naturelle dans les systèmes agroforestiers. Ceux-ci aident à stabiliser le sol en augmentant la couverture par rapport aux systèmes de culture à cycle court. Une eau plus propre grâce à une réduction des nutriments et du ruissellement peut être un autre avantage de l’agroforesterie.

Contribution à des systèmes agricoles durables


  • Réduction de la pauvreté grâce à l'augmentation de la production de bois et d'autres produits
  • Sécurité alimentaire accrue grâce à la restauration de la fertilité des sols pour les cultures vivrières
  • Utilisation multifonctionnelle du site
  • Réduction du risque de réchauffement de la planète et de la faim en augmentant le nombre d'arbres et de plantes résistants à la sécheresse et la production subséquente de fruits, de noix et d'huiles comestibles
  • Réduction de la déforestation et de la pression sur les terres boisées grâce à la fourniture de bois de feu agricole
  • Besoin réduit en produits chimiques toxiques (insecticides, herbicides, etc.)
  • Amélioration de la nutrition humaine grâce à des productions agricoles plus diversifiées
  • Espace croissant pour les plantes médicinales, par exemple, dans des situations où les gens ont un accès limité aux médicaments traditionnels

 

Cas concrets d’agroforesterie en France

Parmi les centaines d’exemples d’agroforesterie réussis en France, comme la Ferme de la Durette ou encore le Domaine de la Berlotte, la « La Basse-Cour du Bois Gourmand » à Fourquevaux dans le Lauragais (Occitanie) a choisi l’élevage de poules en plein air et la production d’œufs au milieu d’un immense écosystème d’arbres. Ceux-ci ont été plantés selon un quadrillage de 10 mètres sur 10 afin de créer de l’ombrage, le tout sur 18 000 m² de parcelle.

Au total, plus de 160 arbres de 16 espèces différentes ont été disposés dans les parcours enherbés des poules. Parmi eux, 30 fruitiers greffés de variétés anciennes qui produisent des fruits toute l’année (cerises, prunes, poires, pommes). En périphérie des parcours, 250 mètres de haies champêtres ont été plantées, soient 250 arbres de haut et moyen jet, et des arbres buissonnants haut et bas (merisiers, noyers, tilleuls, alisiers, charmes, figuiers, noisetiers, églantiers…).