Au cours de l’adolescence, l’individu connaît des bouleversements physiques et psychiques majeurs. En tant que parent, vous devez être particulièrement attentif durant cette période. Il est pourtant parfois difficile de différencier une crise d’adolescence classique d’un problème plus profond. Quels signaux doivent vous alerter ? Comment faire pour aider votre ado en difficulté ? A qui s’adresser ? Les experts Mutualia vous donnent les clés pour bien réagir face à ces problèmes de santé mentale chez les jeunes.

La santé mentale chez les jeunes : 25% des adolescents victimes de mal-être

santé-mentale-jeunes

Source : OMS

 

L’adolescence, période de vie comprise entre 11 et 19 ans selon les critères de l’OMS, est particulièrement déstabilisante pour un être humain en pleine construction. Les chiffres ne trompent pas. Selon la dernière étude publiée par l’agence de l’ONU spécialisée dans la santé publique, un adolescent sur quatre déclare en effet se sentir nerveux, irritable ou avoir des difficultés à s’endormir au moins une fois par semaine.

La crise sanitaire, sans surprise, n’a pas amélioré la situation. Ainsi, la pandémie de Covid-19 et le confinement ont affecté la santé mentale de 40% des jeunes ! Ce contexte extraordinaire, anxiogène par essence, a impacté les liens sociaux des adolescents (école à distance, arrêt des activités extérieures, limitation des contacts). Les conséquences ne sont pas anodines. Des troubles communs comme l’anxiété ou la dépression ont pu être exacerbés. Il en est de même pour le repli sur soi et les éventuelles. Smartphone, jeux vidéo, réseaux sociaux peuvent tous se révéler problématiques si les usages ne sont pas maîtrisés.

De nouvelles menaces pour la santé mentale chez les jeunes font en outre leur apparition. C’est par exemple le cas du cyberharcèlement. Cette forme de harcèlement via internet, qui utilise différents leviers (réseaux sociaux, mails, forum, blog, etc.) peut avoir de sérieuses répercussions sur votre enfant (troubles comportementaux, dépression, suicide). Un adolescent sur dix affirme avoir été visé par ce type de pratique lors des deux derniers mois. Dès lors, il convient de redoubler de vigilance et d’être en premier lieu capable d’identifier les signaux d’alerte.

Comment savoir si mon ado va mal ?

Au cours de son adolescence, l’individu évolue sur le fil du rasoir. Il est ainsi susceptible de développer des symptômes laissant entrevoir un mal-être. Ils peuvent traduire une légère anxiété comme une dépression plus profonde qui aura, elle, de possibles conséquences sérieuses à long terme. Soyez donc attentifs à différents signaux qui doivent immédiatement vous alerter. Ils touchent essentiellement trois domaines :

  • Le physique : l’adolescent peut manifester des troubles de l’alimentation (anorexie, boulimie) ou du sommeil. La consommation excessive de substances comme l’alcool, le tabac, les drogues illégales, ou d’autres maltraitances infligées à son corps (négligence sur l’hygiène, scarifications, etc.) sont également des signes d’alerte.
  • Le social : un adolescent qui va mal aura souvent tendance au repli sur soi. De même, une propension accentuée à l’irritabilité et au conflit avec les autres (parents, professeurs, amis) est symptomatique des problèmes de santé mentale chez les jeunes.
  • L’apprentissage : votre enfant rechigne à aller à l’école ? Il commence à sécher des cours ? Ses notes sont en chute libre ? Il en vient même à délaisser ses passions (sport, musique, etc.) ? Il y a alors toutes les chances que ces attitudes cachent un mal-être plus profond.


Une question demeure : à partir de quand devez-vous vous inquiéter ? Les épisodes anxieux ou des relations parents – enfants ponctuellement conflictuelles sont tout à fait normaux chez un individu en construction. En revanche, si l’adolescent persiste dans son enfermement ou si les signaux s’additionnent et perdurent dans le temps – au-delà de plusieurs mois, il vous faudra alors agir pour aider votre enfant.

Que faire pour aider mon adolescent dépressif ?

mere-fill-adolescent-dépressif

Il est toujours délicat de confronter un adolescent à son mal-être, surtout si celui-ci se place dans une posture d’enfermement. Il existe néanmoins des solutions pour soutenir et aider efficacement votre enfant face à ses problèmes de santé mentale :

  • Le dialogue : la parole possède bien des vertus ! Sans forcer la discussion au risque de braquer votre ado, adoptez une position d’ouverture en lui faisant comprendre que vous êtes présent pour l’épauler. S’il commence à s’ouvrir, valorisez sa démarche. Parlez-lui simplement et honnêtement pour conserver sa confiance.
  • Le corps médical : si le dialogue se révèle inefficace ou si votre jeune se mure dans le silence, il est alors temps de consulter un professionnel de santé. Il vous faudra peut-être insister pour le convaincre, mais ne lâchez pas l’affaire. L’appui d’un médecin généraliste ou d’un spécialiste de la santé mentale chez les jeunes (psychiatre, psychothérapeute) pourra se révéler déterminant. Ces consultations peuvent en outre être largement remboursées par le régime général et votre mutuelle.
  • Les aides extérieures : une chose est sûre, vous n’êtes pas seul dans cette situation ! Il existe des ressources en ligne pour vous guider dans votre démarche. Vous y trouverez les bons réflexes à adopter, des dispositifs d’écoute ou les adresses de lieux et centres spécialisés. Le gouvernement a ainsi mis en place un portail pour réagir efficacement face à une crise suicidaire ou une situation de cyberharcèlement.

Chez Mutualia, nous sommes engagés pour vous accompagner dans chaque situation de vie particulière. Vous pouvez ainsi contacter nos conseillers qui chercheront avec vous les solutions appropriées pour aider au mieux votre adolescent traversant un moment difficile.