Polémique autour d'un plan pour la Sécu

Pour limiter en 2014 le déficit de la Sécurité sociale (14 milliards prévus), le gouvernement envisagerait un certain nombre de mesures d'économies dans un rapport confidentiel dévoilé aujourd'hui par "Le Parisien".

Parmi lesquelles, une baisse du prix de certains médicaments, des dispositifs médicaux, des tarifs hospitaliers pour atteindre une économie de 2,5 milliards d'euros. Mais surtout, le gouvernement mettrait en place de nouvelles taxes sur des produits jugés dangereux pour la santé comme les boissons énergisantes, les cigarettes électroniques, l'aspartame ou encore les vins transformés. Celles-ci rapporteraient 6 milliards d'euros, selon le quotidien
Dès le 1er janvier, le gouvernement compte taxer à la fois la production et les importations de produits contenant de l'aspartame-acésulfame, ce qui rapporterait plus de 12 millions d'euros, selon le rapport. Idem pour les vins transformés (rosé pamplemousse, blanc pêche...) qui seraient soumis à l'actuelle taxe sur les "premix" qui frappe déjà d'autres alcools aromatisés et sucrés comme les bières-vodkas. D'après le rapport, les 163 millions d'euros récupérés financeraient directement la branche maladie de la Sécurité sociale.

Une taxe sous forme d'un prélèvement payable par les buralistes, qui serait répercuté auprès des industriels et qui rapporterait 220 millions d'euros par an. Pour des motifs sanitaires, la cigarette électronique - utilisée d'après les professionnels par 5 millions de Français - serait également visée tout comme les boissons énergisantes avec la création d'une taxe spéciale "Red Bull", qui pourrait faire entrer 12,5 millions d'euros dans les caisses de la Sécu.

La taxe de 1% sur le Chiffre d'affaire des laboratoires pharmaceutiques (160 Milliards d'euros) sera maintenue. Elle est destinée à financer la formation continue des professionnels de santé.

Quelques heures après la sortie du Parisien, Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Bernard CAZENEUVE, ministre délégué chargé du Budget, démentent avec vigueur les affirmations avancées dans "Le Parisien". Ils rappellent que la stratégie du Gouvernement en matière de prélèvements obligatoires et les mesures les plus significatives prévues pour 2014 ont été présentées hier en Conseil des Ministres et que la présentation détaillée des mesures de financement de la Sécurité sociale aura lieu le 26 septembre prochain lors de la commission des comptes de la sécurité sociale. Aucune augmentation des taxes mentionnées dans cet article n’est prévue.