L’innovation au service de la santé des agriculteurs

L’innovation au service de la sante des agriculteurs

Le secteur agricole est particulièrement exposé à des risques spécifiques pour la santé, notamment liés aux conditions de travail. La santé des agriculteurs est donc un enjeu crucial. Grâce aux avancées technologiques, certaines activités agricoles peuvent désormais bénéficier d’innovations pour améliorer les conditions de travail et ainsi réduire le risque de maladies professionnelles.

Les TMS, ces maladies qui affectent la santé des agriculteurs

En France, 93 % des maladies professionnelles reconnues dans le secteur agricole sont des troubles musculo-squelettiques, un ensemble de symptômes qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres inférieurs et supérieurs, résultant notamment du port de charges lourdes, des vibrations transmises au corps et de la répétition de certains gestes et postures de travail.

D’autres facteurs peuvent contribuer au développement d’un TMS, tels que le stress et la charge mentale, l’organisation du travail et le mode de management, ainsi que le travail dans des conditions climatiques parfois extrêmes.

Face à cet inquiétant état des lieux de la santé des agriculteurs, certaines mesures de prévention ont été mises en place, notamment par la MSA depuis 2006, qui a fait de la prévention des TMS l’une de ses priorités nationales. Elle propose d’ailleurs une vaste bibliothèque de ressources informatives sur son site internet.

L'innovation technologique pour améliorer la santé des agriculteurs

Plusieurs acteurs institutionnels et start-ups françaises travaillent de leur côté sur le développement de solutions innovantes afin de réduire la pénibilité du travail des agriculteurs et le risque de TMS.

Par exemple, Naïo Technologies, basée à Toulouse, a conçu un robot agricole nommé Oz, destiné au désherbage mécanique des cultures maraîchères. Oz est capable de désherber et de biner seul dans les plantations et informe par SMS l’exploitant une fois sa tâche achevée. Ce robot agricole permet ainsi d’éviter un travail pénible et participe activement à la récolte de l’exploitant, tout en améliorant la rentabilité et en préservant l’environnement. Une centaine de ces robots agricoles ont déjà été commercialisés en France pour un peu moins de 20000 € l’unité. Des financements sont possibles à hauteur de 250 € par mois sur 5 à 7 ans. Selon votre région, vous pouvez également bénéficier d’aides à l’investissement pour acquérir Oz.

 

Le projet RobAgri rassemble quant à lui des acteurs publics et privés de l’agroéquipement pour développer des solutions robotiques agricoles mobiles. Si aujourd’hui RobAgri n’a pas encore commercialisé ses premiers robots, ces derniers auront pour vocation dans un futur proche :

  • de soulager l’agriculteur dans ses tâches quotidiennes (aide à la récolte, port de charges lourdes, diminution de la pénibilité, optimisation du temps de travail…),
  • d’aider l’agriculteur dans la surveillance des cultures grâce à des robots capables de récolter, trier et analyser en temps réel des données sur l’état des cultures,
  • de réaliser des tâches agro-environnementales telles que le désherbage, le traitement, le semis, l’ébousage ou encore la tonte…

Enfin, Laevo a développé un exosquelette pour aider à la réalisation de tâches agricoles. Entièrement motorisé, il participe activement au port de charges lourdes et protège la région dorsale. Cet exosquelette est disponible à partir de 2000 €.

Mutualia, spécialiste de la santé des agriculteurs, s’implique fortement dans le soutien et la valorisation de projets pour le monde agricole. « Terres d’Idées » permet ainsi d’obtenir une dotation de 7000 €, notamment pour les projets innovants visant à améliorer les systèmes de production et la qualité de vie au travail.