Système de santé : le défi du parcours de soins

Le gouvernement prépare une proposition de loi pour 2014, qui devrait transformer le système de santé actuel. Marisol Touraine défend notamment l’idée d’un système restructuré autour des parcours de soins des patients ALD.

La stratégie nationale de santé, présentée par le Premier ministre début février à Grenoble, repose sur deux piliers : la lutte contre les inégalités dans l’état de santé des Français, et l’accès aux soins, contre une “médecine à deux vitesses”. Une proposition de loi devrait voir le jour en 2014.
Outre les inégalités, “ce cadre vise à répondre à deux autres objectifs : préparer notre système de santé à affronter le vieillissement de la population et la montée en puissance des maladies chroniques, et maintenir un financement solidaire”, a expliqué Marisol Touraine, lors d’une rencontre organisée par l’Association des Journalistes de l’Information Sociale (AJIS).

Une médecine de parcours

Faisant écho à la future réforme du service public hospitalier présentée le 4 mars, Marisol Touraine insiste sur son souhait de “passer à une médecine de parcours”. Le système de santé doit ainsi, selon la ministre, être restructuré “autour des parcours des patients” - pas l’ensemble des patients, mais seulement ceux confrontés à des maladies chroniques ou affections de longue durée (ALD).
Pour Marisol Touraine, qui souhaite “structurer de façon plus générale notre système de santé”, il ne s’agira pas de simplement “constituer des réseaux et des échanges de bonne pratiques”, mais de “partir de situations concrètes”, comme le diabète ou le cancer du sein, et de “mettre en relation le médecin généraliste, l’hôpital et les différents intervenants”.
Un Comité des Sages planche d’ores et déjà sur la réforme du système de santé. Il devrait faire des “propositions concrètes” d’ici fin mai, notamment pour le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2014.

Parcours de santé des personnes âgées

“Il n’y a pas une famille en France qui n’ait été confrontée à des difficultés lorsqu’un proche, atteint d’une maladie chronique, a dû être hospitalisé. A chacune des étapes, il y a une perte de temps, de chance, d’accompagnement”, constate Marisol Touraine.
La Ministre précise en outre que le gouvernement procédera en septembre 2013 à la mise en place de cinq expérimentations (dans cinq agences régionales de santé, ARS), qui consisteront à mettre en œuvre de nouveaux modes d’organisation des soins destinés à “optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d’autonomie”. Il s’agira de prévenir l’hospitalisation des personnes âgées en établissement de santé avec hébergement, de gérer leur sortie d’hôpital, et de favoriser la continuité des différents modes de prise en charge sanitaires et médicosociaux.
Au lieu de laisser les familles s’organiser tant bien que mal dans un système complexe, le défi est de parvenir à ce que “tout cela soit organisé pour elles. Il s’agit de lever les obstacles et d’organiser les parcours autour du patient”. D’où l’importance de mieux coordonner les différents acteurs de la prise en charge.
Un moyen de faire des économies, aussi. “Notre pari, c’est aussi de parvenir à mieux accompagner le patient, en évitant la redondance de certains actes, et des financements qui s’additionnent”, indique Marisol Touraine. Et de conclure : “Un bon parcours de soin repose sur le médecin traitant ou sur un médecin de proximité. Finalement, pour le patient, le parcours réussi sera celui qui ne se verra pas”.