Les médicaments sous surveillance signalés par un triangle noir

Dès cet automne, un triangle noir inversé figurera sur la notice des médicaments qui font l'objet d'une surveillance renforcée dans l'Union européenne. Cent trois médicaments seront concernés par ce pictogramme dans un premier temps.

« En aucun cas, il ne s'agit de médicaments dangereux et il ne faut pas interrompre un traitement sans demander l'avis de son médecin ou de son pharmacien », précise l'Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm).

Le triangle noir, qui curieusement n'apparaîtra pas sur les boîtes (ce qui aurait permis d'avertir les patients plus rapidement), vise pour l'essentiel des produits contenant une nouvelle substance active et mis sur le marché depuis janvier 2011, un nouveau produit biologique tel qu’un vaccin ou un médicament dérivé du sang, dont l’usage depuis la commercialisation est limité, un médicament pour lequel des études complémentaires sont nécessaires depuis l'autorisation de mise sur le marché, ou encore une molécule n'ayant obtenu qu'une autorisation conditionnelle.

Publiée pour la première fois en avril, la liste des médicaments sous surveillance sera actualisée tous les mois. Elle est disponible sur le site de l'Ansm.
 
Déclarer les effets indésirables

La nouvelle législation relative à la pharmacovigilance stipule que les patients peuvent, quand ils le souhaitent, déclarer à l’autorité de santé de leur pays des effets indésirables d'un médicament. Des informations sur les modalités de déclaration doivent figurer dans la notice, avec le résumé des caractéristiques du produit. Les patients sont vivement encouragés à signaler tous les effets secondaires suspectés d’être causés par des médicaments portant le triangle noir.