Santé des femmes : à chaque âge son examen

Frottis, mammographie, dépistage du cancer colorectal… la vie d’une femme est jalonnée de différents examens médicaux. Pour rester en forme, il est important de ne pas les ignorer. Alors, lesquels sont obligatoires ? Lesquels ne sont que conseillés ? Quel âge pour quel test ? Voici toutes les réponses.

Avant 40 ans, les examens féminins sont avant tout d’ordre gynécologique. Il n’y a pas d’âge pour sa première consultation. En fait, le plus important est que la jeune femme en éprouve le besoin. Elle peut donc avoir lieu à 13 ans, à 18 ans… Ce rendez-vous prend avant tout des allures de dialogue. Les sujets abordés peuvent concerner le corps qui change, les règles, la sexualité, la contraception…

L’âge de 25 ans marque le début des contrôles de dépistage contre le cancer du col de l’utérus. Un premier frottis à 25 ans, puis deux frottis à un an d’intervalle sont recommandés. Si les résultats sont normaux, un frottis tous les trois ans suffit, jusqu’à 65 ans.

Concernant le cancer du col de l’utérus, rappelons que la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) existe. Elle est recommandée entre 11 et 14 ans. Elle peut également être proposée en rattrapage aux jeunes filles jusqu’à 19 ans.

Et la contraception ? Chez le jeune public se pose également la question de la première contraception Comme les contraceptifs sont des médicaments, la visite médicale doit permettre de vérifier si vous pouvez  prendre sans risque le contraceptif désiré. Un questionnaire permettra notamment de s’assurer de l’absence de contre indication. Par exemple pour la prise d’un contraceptif oral qui peut exposer à un risque cardiovasculaire.

A partir de 30 ans, l’autosurveillance

Au cours de cette période, aucun examen n’est obligatoire. La surveillance sera de mise. Selon vos antécédents familiaux, il peut vous être conseillé de réaliser une mammographie afin d’écarter tout risque de cancer du sein. Et si elle ne remplace pas les autres méthodes de dépistage, une surveillance régulière des seins à la maison par autopalpation permet de signaler la moindre anomalie.

Autre éléments à surveiller : vos grains de beauté. Un auto-examen de la peau régulier vous permettra d’identifier d'éventuelles modifications. Au moindre doute, et afin de prévenir le cancer de la peau, n’hésitez pas à demander conseil à un dermatologue.

Contre le glaucome, ayez l’œil

A partir de 40 ans, le risque de glaucome augmente. Dans la mesure où elle est la seconde cause de cécité en France, et surtout puisqu’elle évolue silencieusement, mieux vaut ne pas prendre de risque. Si vous constatez des douleurs oculaires régulières, un brouillard visuel intermittent et une baisse de la vision, parlez-en à votre ophtalmologiste.

A 50 ans, on repasse des examens !

La cinquantaine venue marque l’heure de nombreux examens de santé. Contre le cancer en priorité. 50 ans, c’est le bon moment pour penser à la mammographie, l’examen de référence contre le cancer du sein. Il est ainsi conseillé et gratuit – tous les 2 ans – jusqu’à 74 ans. Pensez aussi au dépistage du cancer du col de l’utérus par frottis mentionné plus haut, à réaliser tous les 3 ans jusqu’à 65 ans.

Vivement recommandé également (mais non obligatoire, tout comme les précédents), le test immunologique qui détecte des traces de sang dans les selles. Objectif, dépister rapidement un éventuel cancer colorectal. En pratique, vous recevrez, tous les 2 ans, un courrier vous invitant à retirer le test - indolore, il est important de le souligner et à réaliser chez soi - auprès de votre médecin. Ne passez pas à côté. Rappelons en effet que s’il est détecté à temps, ce type de cancer peut être guéri dans 90% des cas.

Ayez votre santé à cœur

Vous devrez aussi être attentive à votre santé cardiovasculaire. Pas la peine pour autant de courir chez un cardiologue. Ici, votre interlocuteur de choix sera votre généraliste. Grâce à certains indices (tabagisme, surpoids, sédentarité, consommation d’alcool, tension artérielle, antécédents familiaux…) il sera le plus à même de vous orienter.

Enfin, la santé de vos yeux et celle de vos dents ne sont pas à négliger. Une visite régulière chez l’ophtalmo permettra de prévenir tout risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou de cataracte. Quant au dentiste, il contrôlera certains risques fréquents inhérents à l’âge, comme la gingivite ou la parodontite.

Zoom  sur l’Examen de prévention en santé 

Peut-être l’ignorez-vous, mais si vous dépendez du régime général de la sécurité sociale, vous pouvez bénéficier d'un examen de prévention en santé (anciennement nommé bilan de santé gratuit). L’examen a lieu dans un centre de la sécurité sociale et dure environ 2 heures et demie. En fonction de votre âge et de certains facteurs de risque, il peut comprendre un examen dentaire, un test visuel et auditif, un contrôle de la capacité respiratoire, des analyses d’urine et de sang… N’hésitez pas à vous rapprocher de votre caisse d’assurance maladie pour en bénéficier.

L’autopalpation en pratique

La palpation des seins permet de mettre en lumière une éventuelle tumeur et donc de la prendre en charge précocement. Dans l’idéal, le début de cette surveillance devrait coïncider avec le début de la vie sexuelle. Pour être parlante, elle doit se faire tous les 2-3 mois, une semaine après les règles, quand les seins ne sont plus ni gonflés ni sensibles. Cette autopalpation doit être complétée par une palpation annuelle effectuée par un médecin.

Concrètement, pour commencer, placez-vous debout face au miroir. Les bras le long du corps puis les bras surélevés, examinez attentivement votre peau : assurez-vous de l’absence de rougeur, de bleu, de renflement ou de rétractation cutanée. Attardez-vous ensuite sur vos mamelons pour vérifier qu’ils ne sont pas rouges et ne pèlent pas. Pressez-les délicatement, il ne doit pas y avoir d’écoulement.

Vous pouvez ensuite passer à la phase de palpation à proprement dit. Toujours debout face au miroir, avec la pulpe des doigts de votre main gauche, palpez votre sein droit en décrivant des petits cercles. La présence d’une boule dure qui ne bouge pas et ne fait pas mal doit vous inciter à consulter. Etendez votre surveillance jusque sous l’aisselle puis procédez de la même façon du côté gauche avec la main droite.