Les conditions de vie des étudiants ne s'améliorent toujours pas

Etudes, budget, logement, santé... les conditions de vie des étudiants en 2013 ne s'améliorent pas, pire elles se dégradent d'après l'enquête (1) de l'Observatoire de la vie étudiante publiée mardi 10 décembre.

Plus de la moitié des étudiants (54 %) disent être confrontés à des difficultés économiques « moyennes » à « très importantes ». Près d'un étudiant sur deux (46 %) déclare travailler au cours de l'année universitaire. Et la part de l'activité rémunérée concurrente ou très concurrente des études est en légère augmentation (19 % des étudiants qui travaillent ont une activité rémunérée concurrente ou très concurrente des études, contre 16 % en 2010).

Mais sur ce point, l'enquête de l'OVE propose une analyse nuancée : si 51 % des étudiants qui travaillent déclarent le faire par nécessité financière, ils sont 69 % à estimer que cela leur permet aussi d'acquérir une expérience professionnelle.

Quelles répercussions sur la santé ?

Près des deux tiers (63 %) des étudiants s'estiment en bonne ou en très bonne santé. Ils étaient néanmoins 73 % dans ce cas en 2010. En particulier, l'état de santé des filles, des étudiants et des étudiants étrangers est relativement moins bon que le reste de la population étudiante. 27 % d'entre eux déclarent déjà renoncé à voir un médecin. A noter, une tendance préoccupante : les étudiants interrogés en 2013 révèlent plus de troubles psychologiques qu'en 2010, avec plus de stress et de déprime. Viennent ensuite l'épuisement, la solitude et les problèmes de sommeil.
L'Union nationale des étudiants de France (Unef) rappelle de son côté que la précarité se traduit par un mal-être global des étudiants. Les difficultés financières, la peur de l’échec et les craintes justifiées quant à leur avenir entrainent une fragilité psychologique importante. L'Unef appelle le gouvernement à renforcer la prévention à destination des jeunes dans le domaine de la santé.

Le débat sur l'autonomie des jeunes est plus que jamais d'actualité et notons que la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, a annoncé un plan d’action en faveur de la santé étudiante pour 2014.

(1) Méthodologie L'enquête de l'OVE a été réalisée entre le 18 mars et le 18 juin 2013 auprès de 41 000 étudiants avec pondération des données brutes en référence aux données d’inscription effectives pour garantir une meilleure représentativité des résultats.

Source : Viva presse