La pauvreté s'élargit et se féminise selon le Secours Catholique

Le Secours catholique vient de publier son rapport annuel sur la pauvreté. Intitulé "Regards sur 10 ans de pauvreté", il observe une double évolution : les personnes en grande pauvreté le demeurent durablement, et la pauvreté se féminise touchant notamment des femmes seules et, souvent, avec des enfants.

François Soulages, président du Secours catholique, relève également que dans la population vivant sous le seuil de pauvreté (moins de 964€ par mois), la proportion de ceux qui vivent dans la grande pauvreté (moins de 500€ par mois) s’accroit.

Signe de l’installation de cette pauvreté massive, l’association accueille toujours autant de monde dans ses permanences : 1 422 000 personnes dont 668 000 enfants en 2011. Dans les deux-tiers de ces familles, la pauvreté semble installée durablement. Et 57% des adultes rencontrés sont des femmes. Le taux de chômage des personnes rencontrées par le Secours Catholique est passé, en dix ans, de 58% à 66%.

Autre constat : les charges des familles en situation de pauvreté ont beaucoup augmenté entre 2001 et 2011 : + 21% pour les loyers des familles en Hlm (+ 26% pour celles logeant dans le parc privé), + 38% pour l’eau, + 48% pour l’électricité et le gaz... des hausses bien supérieures à l’inflation générale. Et qui font croître les impayés et enfoncent encore les plus pauvres.

Il faut “impérativement augmenter les minimas sociaux”, estime François Soulages qui souligne que ces minimas “c’est le moyen pour des personnes de vivre décemment et d’avoir une chance de retrouver une situation normale et un emploi". Avant d’insister aussi sur la question du logement : "quand vous n’avez pas de toit sur la tête, vous ne pouvez pas reconstruire votre vie. Il faut donc des logements".