Dépassements d'honoraires : les bornes sont dépassées

L’UFC-Que Choisir a rendu publique l’effarante évolution des honoraires des médecins spécialistes entre juillet 2012 et juin 2013, et appelle les pouvoirs publics à enfin cesser la politique d’inaction complaisante face à la fracture sanitaire française pour agir résolument contre les dépassements d’honoraires.

L’UFC-Que Choisir a relevé, à un an d’intervalle, les tarifs de l’ensemble des médecins de trois spécialités : ophtalmologistes, gynécologues et pédiatres. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les vifs débats sur la fracture sanitaire de l’automne 2012 n’ont pas dissuadé les spécialistes d’augmenter leurs tarifs ! Ainsi, les dépassements d’honoraires ont cru en moyenne de 1,7 % en un an, et même de 7 % pour les pédiatres… pour une inflation sur la période de 0,9 % seulement. Une consultation chez un spécialiste secteur 2 atteint en 2013 52,10€ en moyenne, et 61,50€ dans les grandes villes, soit plus du double du tarif conventionnel
."Les bornes sont dépassées", estime l'association de consommateurs.

Autre inquiétude, le choix des jeunes, qui optent en masse pour les honoraires libres : chez les gynécologues par exemple, 69 % des médecins installés en 2013 ont décidé de pratiquer des dépassements d'honoraires, contre 51 % de ceux qui sont partis à la retraite. Chez les ophtalmos, c'est 70 % contre 48 %, et chez les pédiatres, 42 % contre 27 %. L'association estime que le contrat d'accès aux soins, créé par l'accord entre assurance-maladie, complémentaires et médecins d'octobre 2012, ne permettra pas de mettre un frein à la diffusion de la pratique des honoraires libres. Celui-ci offre une prise en charge de cotisations aux médecins contre l'engagement d'un gel de leurs tarifs, qui ne doivent, en outre, pas dépasser 100 % du tarif Sécu.
En oûtre, pour que l'accord soit appliqué, il faut qu'un tiers des médecins éligibles aient signé un contrat, soit
8 300. Après un recul de l'entrée en vigueur en juillet, une nouvelle date a été fixée au 1er octobre. Au 24 septembre, l'Assurance Maladie recensait 7900 signataires.

Dans un contexte où 80 % des usagers subissent les dépassements d’honoraires faute d’une alternative existante au tarif de la Sécurité sociale, l’UFC-Que Choisir exhorte donc le gouvernement et les parlementaires à se saisir de l’examen prochain du PLFSS pour :
•    Initier enfin la redéfinition de la rémunération des médecins, pour aboutir à terme à la disparation des dépassements d’honoraires ;
•    Plafonner immédiatement les dépassements d’honoraires à 40 % du tarif de la sécurité sociale, ce qui correspond à leur prise en charge médiane par les complémentaires santé ;
•    Fermer sans délai l’accès au secteur 2, seule solution pour arrêter l’inexorable recul de l’accès aux médecins spécialistes au tarif de la sécurité sociale.