JNM2019

TOUS ACTEURS DU CHANGEMENT • 5 DÉFI N°1 : LA PRÉVENTION En progressant sur la prévention d’abord, sachant que 30% des actes qui sont pratiqués sont inutiles voire néfastes, notamment chez les personnes âgées, qui développent des pathologies dues à une surmédication ! Il faut améliorer cela, par de meilleurs contrôles notamment, et surtout cesser de focaliser sur le curatif en développant le volet prévention, sur lequel nous sommes très en retard par rapport aux pays d’Europe du Nord. Les intervenants s’accordent à dire que les mutuelles ont à cet égard un rôle à jouer, grâce à leurs dimensions de proximité, de solidarité et de responsabilité. En matière de prévention, il n’y a pas de progrès possible sans amener les gens à une réflexion Jean-Louis Touraine (Professeur en immunologie et député du Rhône), entouré de Christian Anastasy (ancien Inspecteur Général des Affaires Sociales),GaëlCoron(sociologue,enseignant-chercheuràl’ÉcoledesHautes Études de Santé Publique), Karine L’hote (témoin mutualité) et Jean-Louis Mercier (ancien Directeur du Développement du Groupe VYV), dresse l’état des lieux de la médecine en France et dessine les évolutions du secteur. En premier lieu sont rappelés les fantastiques progrès de la médecine depuis la 2 nde moitié du XX e siècle, qui font que nombre de maladies autrefois incurables (pathologies cardiovasculaires et cancers en particulier) sont aujourd’hui très bien prises en charge. Il en résulte un allongement de la vie, avec, pour corollaire, des risques accrus d’affronter des maladies chroniques, autant d’éléments qui nous obligent à reconsidérer notre système de santé. Christian Anastasy souligne que ces formidables progrès ont été salués par l’Organisation Mondiale de la Santé qui, au tournant du siècle, désignait  la France comme ayant le meilleur système de santé au monde. Depuis, notre pays semble s’être assoupi et pointe désormais entre la 10 e et la 15 e place mondiale. Nous pouvons mieux faire, mais comment ?

RkJQdWJsaXNoZXIy NzYxODk4