JNM2019

TOUS ACTEURS DU CHANGEMENT • 21 Ce qui fait la spécificité de l’espèce humaine, c’est sa plasticité, sa capacité à s’adapter en termes physiologique (fonctionnement de l’organisme), morphologique (taille, posture…) et cognitif (cerveau). Cette capacité à évoluer, propre à l’Homme, fait que depuis 2 millions d’années nous inventons des outils, qui changent profondément nos sociétés et l’environnement : les bouleversements liés aux silex et à l’invention du feu, sont l’équivalent de ce que nous connaissons aujourd’hui avec les smartphones. UN NOUVEAU PARADIGME À la fin du XX e siècle, on est entré dans le second âge des machines, où celles-ci font aussi des tâches intellectuelles. Avec la puissance de calcul des algorithmes, on a convergé dans le «big data», l’analyse des données à grande échelle et à grande vitesse, qui est un enjeu considérable pour nos entreprises. On est ainsi entré dans un nouvel âge de l’humanité, l’âge du numérique et de l’Intelligence artificielle. Dans le modèle précédent du capitalisme – le premier âge des machines – il fallait de l’argent, des banques, pour payer les moyens de production des entreprises, «150 des 200 premières grandes entreprises du monde ont déjà une politique RSE depuis plusieurs années» qui achetaient des compétences, des bras. Alors qu’aujourd’hui, avec la révolution numérique, le smartphone, les réseaux, chacun a en poche un moyen de production. C’est l’APIsation ou l’ubérisation de la société, que personne n’a vu venir. Une personne ou un petit groupe de personnes a désormais les moyens de créer une activité viable à peu de frais, et de bousculer tout un pan de l’économie classique. Ainsi, nous sommes revenus dans un monde darwinien qui mute en permanence, comme le font nos gènes depuis 3 milliards d’années. En mutant, ils proposent de nouveaux caractères qui, s’ils sont sélectionnés, modifient l’espèce et son écosystème. Ce monde darwinien, il ne faut pas en avoir peur, il faut comprendre comment il fonctionne pour mieux s’y adapter. LA RSE, UN ENJEU MAJEUR Si la RSE est devenue un enjeu majeur pour les entreprises, c’est que les systèmes de valeurs partagées deviennent primordiaux, notamment pour les jeunes générations. Là encore, on assiste à un changement de paradigme : dans le modèle des Trente Glorieuses, on produisait, on développait à tout crin ; il y a des externalités négatives,

RkJQdWJsaXNoZXIy NzYxODk4