Mutualia21

mutualia.fr # 17 MOUVEMENTS DANSÉS La Fondation Audavie du centre médical Rocheplane (38) propose un atelier de mouvements dansés pour les personnes âgées hospitalisées. Les danseurs de l’association Dapopa dansent puis incitent les patients à danser, à leur tour, dans leur chambre. Un atelier collectif d’expression corporelle suit. « Quel plaisir de voir les danseurs s’inviter dans ma chambre pour une surprise dansée chaque semaine ! Ce sont des instants précieux qui extraient du quotidien et les ateliers collectifs nous font reprendre possession de notre corps par des mouvements ludiques et adaptés. » Simone, 92 ans, en rééducation « Le moment collectif est comme une sortie de l’isolement, c’est touchant de voir les visages s’éclairer au fur et à mesure. » Sylvie Hönle, danseuse DU STREET ART À L’HÔPITAL Mécénat Mutualia a inauguré, avec le service des affaires culturelles du CHU Grenoble Alpes, deux fresques de Street Art très originales pour sensibiliser le public au don d’organes. Les artistes Petite Pois- sonne et Veks Van Hellik ont créé ces œuvres dans les couloirs de l’hôpital en collaboration avec les équipes soignantes du CHUGA. « Ces deux magnifiques fresques interpellent le public du CHU par leur taille et leur esthétique, par la surprise de trouver ces œuvres à l’hôpital, et par la manière de sensibiliser petits et grands sur le sujet ô combien déli- cat du don d’organes. Ce dernier point, essentiel à notre soutien, donnait un sens supplémentaire à ce projet et nous tenait très "à cœur". » Evelyne Matencio, responsable Mécénat Mutualia MUSIQUE À LA CARTE La résidence Dinah Faust à Eschaux (67) met à dispo- sition de ses résidents seniors et leur famille une borne MELO. L’objectif est d’exploiter les bienfaits de la musique pour améliorer la vie quotidienne des rési- dents et organiser des activités intergénérationnelles de stimulation thérapeutique ou de plaisir (lotos musi- caux, livres audio, karaoké, quizz...). « Les actions culturelles sont essentielles pour ne pas s’abêtir, pour ne pas vieillir. La borne MELO me remémore de bons souvenirs, aussi bien des chansons que me chantait mon papa lorsque j’étais en- fant, que d'autres que je chantais à mes propres enfants. » Arlette, 72 ans « L’accès à la culture permet de s’épanouir, de ne pas s’enfermer dans la solitude, de partager. Quand j’écoute des chansons, c’est un retour sur le passé avec ma femme. Un passé qui me réconforte, me fait du bien, me détend et me donne envie de chanter ! » Michel, 85 ans LE RIRE MÉDECIN Chaque année, plus de 2 640 enfants reçoivent la visite, dans les couloirs de l’hôpital Nord de Marseille, des clowns de l’association Le Gai-Rire. Ils accueillent les enfants avec leurs parents en salle d’attente pour ensuite les accompagner aux blocs opératoires, en chirurgie pédiatrique ou en réanimation pédiatrique. Depuis mai 2019, ils interviennent une fois par se- maine dans le service de néonatologie pour chanter et surtout inviter les parents et soignants à chanter pour les bébés. « Les soignants sont le fil conducteur du soin et les clowns caressent l’attention de l’enfant et de ses parents pour dé- samorcer les tensions, dédramatiser la situation, tisser un lien entre nous tous pour plus de complicité face au stress, comme si nous nous connaissions depuis longtemps. Pour l’enfant, la douleur s’éloigne pour laisser place à un senti- ment de liberté. » Frank, infirmier pédiatrique

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQwMDUy