Mutualia21

mutualia.fr # 13 La distraction Pour comprendre ces forces, il faut s’intéresser au fonctionnement de notre cerveau. Par exemple, lorsqu’on entend un bruit inhabituel, notre attention est immédiatement détournée : c’est un phénomène d’orientation « réflexe ». Le deuxième système qui rentre en jeu est le circuit de la récompense, qui a pour fonction de nous alerter sur ce qui est susceptible de nous apporter du plaisir. Par exemple, la notification qu’un message est arrivé sur notre téléphone nous donne envie d’aller le lire. En prenant conscience que ces forces qui nous bousculent ne sont finalement que des propositions faites par notre cerveau, nous pouvons nous poser la question : est-ce que j’accepte cette proposition ou non ? Une intention claire, unique et à court terme D’autres forces dans notre cerveau nous aident en revanche à tenir en équilibre. La base de la concentration est l’intention. En effet, le cerveau doit en permanence trier entre ce qui est important et ce qui l’est moins, par rapport à ce nous cherchons à faire. Plus notre intention est claire et unique, plus il est facile de faire ce tri et de se concentrer sur la tâche à effectuer. De plus, l’intention étant stockée à l’avant de notre cerveau, dans le cortex pré-frontal, elle est soumise à la fatigue des neurones sollicités. Assez rapidement, on finit par l’oublier et se laisser distraire. Il faut donc qu’elle soit le plus à court terme possible. On comprend bien que le mode multitâches n’est pas vraiment approprié… En revanche, si on prend le temps de découper une tâche complexe en une série de mini-tâches, comme une recette de cuisine, on s’assure du résultat final. Ramener son attention Lorsqu’on se laisse distraire, c’est que l’on oublie quelle était notre intention, ce que l’on souhaitait faire. Or ramener son attention vers la tâche qu’on voulait faire n’est possible que soit au tout début du processus (dès qu’on sent qu’on commence à être distrait, par exemple au moment où l’on est attiré par notre téléphone) ou après (lorsqu’on a consulté tous ses messages). Stabiliser son attention consiste donc à apprendre à repérer et à réagir aux premiers signes de distraction. Comment se concentrer ? Une étape clé pour se concentrer est de bien identifier quelle perception il faut privilégier. Par exemple, si je demande mon chemin à quelqu’un, je vais focaliser mon attention sur la voix de cette personne et laisser de côté les autres perceptions. Ensuite, je vais devoir transformer les indications verbales en images mentales : me représenter un carrefour, un repère à identifier pour tourner à droite, etc. Ce processus est une manière d’agir dans cette intention de retracer un trajet vers la destination souhaitée. Il s’agit-là d’un mode d’emploi pour se concentrer sur ce que dit la personne. Petit à petit, je vais ajouter des modes d’emplois à mon répertoire pour me concentrer selon mon intention et la situation. * Lachaux J.-P., Le Cerveau attentif. Contrôle, maîtrise et lâcher-prise, Paris, Odile Jacob, 2011; Lachaux J.-P., Le Cerveau funambule. Comprendre et apprivoiser son attention grâce aux neurosciences, Paris, Odile Jacob, 2015 ; Programme ATOLE - programme de découverte et d'apprentissage de l'attention en milieu scolaire, pour apprendre l'ATtention à l'écOLE (« ATtentif à l’écOLE » © J.P. LACHAUX, INSERM) : https://project.crnl.fr/atole/

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQwMDUy