Mutualia#20 + Solution jeu

Des effets toxiques particuliers Les perturbateurs endocriniens font l’objet d’études pour mieux connaître leurs actions. En effet, si les effets toxiques sont bien établis pour les fortes doses, il reste de nombreuses questions. Par exemple, en général en dessous d’un certain niveau d’exposition, d’un certain seuil, les mécanismes de défense du corps permettent d’éviter le danger. Il semblerait que les perturbateurs endocriniens provoquent aussi des effets même à faible dose et que cet effet " de seuil " soit inexistant. Certaines études mettent même en évidence des mécanismes de toxicité inhabituels, car la relation entre le dose et l’effet n’est pas toujours proportionnelle : parfois, les effets sont plus importants à faible dose. La question de la durée des effets n’est également pas claire. Certaines études montrent, par exemple, que les effets ne se limitent pas toujours à la génération exposée, mais qu’ils peuvent impacter plusieurs générations. Enfin, l’exposition à un mélange de différentes substances complexifie la compréhension de leurs interactions avec le corps, c’est ce qu’on appelle " l’effet cocktail ". Comment limiter les risques d'exposition via l'alimentation ? mutualia.fr # 11 L'ORGANISATION DE NOTRE SYSTÈME HORMONAL Hypothalamus et hypophyse Ces glandes pilotent l’ensemble du système endocrinien. Pancréas Il produit l’insuline qui régule le taux de sucre dans le sang. Testicules Elles produisent la testostérone, hormone qui joue un rôle dans la différenciation masculine et la production des spermatozoïdes. Thyroïde Les hormones de la thyroïde régulent le rythme cardiaque et jouent un rôle sur le poids ou la fatigue. Glandes surrénales Elles produisent l’adrénaline qui nous permet de réagir au stress, notamment en augmentant notre rythme cardiaque. Ovaires Les œstrogènes jouent un rôle clé dans la différenciation féminine et régulent les cycles mentruels. Cuisinez maison ! Les produits préparés de ma- nière industrielle ou transformés contiennent davantage de produits chimiques. Si vous ache- tez des plats tout prêts, choisissez ceux qui ont la liste d’ingrédients la plus courte. Évitez les emballages plastiques : choisissez des aliments non emballés, ou des contenants en verre (bocaux ou bouteilles). Conservez les aliments dans des contenants en verre plutôt qu’en plastique. Évitez également l’utilisation d’emballage en aluminium car il peut se retrou- ver dans certains aliments acides à leur contact. Privilégiez l’eau du robinet. Sélectionnez votre matériel de cuisson : utilisez du matériel de cuisson sans PFOA (acide perfluorooctanoïque). Cette colle qui fixe le revêtement antiadhésif est cancérigène et est un perturbateur endocrinien. Employez des ustensiles en bois pour ne pas abimer le revêtement et changez les poêles ou casseroles abîmées. On peut les acheter en inox, en fonte naturelle, en vérifiant qu’elles soient bien compatibles avec la source de chaleur.

RkJQdWJsaXNoZXIy NzYxODk4