Entre-nous-9

Valérie Bardet Ostéopathe, praticien certifié en régulation émotionnelle, méthode Tipi, intervient pour les Ateliers Durables www.ateliersdurables.com Entretien Entre nous : Depuis la pandémie de Covid-19 en mars dernier, il semblerait que nous devions apprendre à cohabiter avec ce virus. Pour beaucoup, cette idée est la source d’un stress parfois difficile à surmonter. Quel est votre regard de professionnelle ? V.B. : Je dirais d’abord que ce stress est plutôt sain et naturel. Ce virus est une menace réelle qui fait ressortir des peurs comme celle de mourir ou de voir mourir nos proches, d’être contaminé, la peur des autres, l’incertitude des lendemains… Ces peurs sont liées à notre survie. C’est lorsque ces dernières deviennent chroniques, excessives, irrationnelles et qu’elles envahissent notre quotidien qu’il faut s’en inquiéter. E.N. : Mais comment savoir s’il s’agit d’un bon ou d’un mauvais stress ? V.B. : Il n’y a pas de peur normale ou anormale : la pandémie réveille des difficultés préexistantes que nous canalisons plus ou moins bien. Chacun a donc son propre curseur. C’est lorsque ces peurs deviennent gênantes, handicapantes ou ingérables qu’il faut intervenir. Et elles sont souvent invisibles, se cachent dans nos comportements : colère, violence, comportements addictifs, phobies, isolement… E.N. : Auriez-vous un conseil pour nous aider à reprendre un peu la main sur nos peurs ? V.B. : Dès que vous ressentez une émotion désagréable (tristesse, colère, impuissance...) fermez les yeux et portez votre attention sur les sensations physiques présentes dans votre corps (cœur, ventre, respiration). Vous verrez que le stress va descendre d’un cran. Le corps est capable naturellement de gérer ces émotions, de même qu’il est capable naturellement de cicatriser ; encore faut-il accepter de débrancher son mental, pour se concentrer sur ses sensations physiques. Ce que propose la régulation émotionnelle, c’est une autre porte d’entrée pour gérer ce stress dont chacun peut d’ores et déjà faire l’expérience. Le corps : un bon gestionnaire d’émotions Un enfant entend les informations, il est témoin de l’inquiétude des plus grands, mais il ne manifeste pas toujours immédiatement ses peurs. Il est donc difficile de savoir si un enfant a besoin d’aide. L’adulte est un excellent médiateur pour permettre aux plus jeunes de garder un bon équilibre psychique et physique : • En étant attentif et à l’écoute : écriture, dessin, chant, danse, crise de larmes, laissez-les s’exprimer à leur manière. • En échangeant avec eux sur la pandémie et sur ce qu’ils en savent (pour les ados). Regardez ou lisez les informations ensemble, même si le coronavirus ne doit pas prendre toute la place ! • En sachant réconforter, avec des mots simples. Prenez le temps d’être ensemble. Et, si vous sentez que le stress reste insurmontable, prenez contact avec un professionnel de santé. Inutile de laisser la situation s’aggraver. [Focus] sur la gestion du stress chez les plus jeunes Magazine santé Mutualia Grand Ouest | 2 nd semestre 2020 | #9 Elle permet de modérer ses émotions en diminuant la pression artérielle. Commencez par respirer lentement Puis prenez une grande inspiration Retenez l’air dans vos poumons pendant 10 secondes Et expirez lentement. Répétez l’exercice 5 fois. Massez (pressions et extensions) doigt par doigt en commençant par le pouce, et en finissant par l’auriculaire (petit doigt). Cette méthode permet de relâcher la pression nerveuse et le stress, d’équilibrer l’énergie dans le corps, et d’assouplir l’articulation des doigts. LA COHÉRENCE CARDIAQUE LE MASSAGE DES DOIGTS 1 2 3 4

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQwMDUy